Benjamin Spark

spark on the rock

8 août 2015 - 15h

SPaRK on the Rock - Benjamin Spark
Performance / Évènement - 8 août 2015

Pour Benjamin Spark, il s'agit d'un retour à L'Entrepôt.
SPaRK c'est la porte d'entrée bien connue de l'Entrepôt, notre rencontre a débuté bien avant l'ouverture de la galerie.
Ce samedi 8 aout il réalisera une performance et livrera quelques petits secrets de création. La performance consistera à peindre pendant 2 heures en direct devant le public une grande toile avec différentes techniques mixtes. Le tout sur un rythme puissant de musique électronique.
En parallèle à sa performance l'artiste exposera quelques toiles récentes.

Benjamin Spark, nouveau prisme. Un artiste qui trace sa voie sur la toile entre street art et pop art.
S'il est bien une expression artistique propre à notre génération, le Pop Art est certainement devenue cette forme d'art contemporaine.
Marqueur de notre époque, de notre façon de communiquer, de consommer, de rêver aussi parfois, le Pop Art impose sa trace dans les rues depuis sa genèse et sur la toile depuis que ses artistes ont osé prendre un chemin plus traditionnel en se posant sur des toiles. Car si l'art Pop s'embourgeoise, c'est aussi pour rester accessible.
Un artiste de notre génération fait clairement figure de proue dans ce domaine, Benjamin Spark.
Sa culture artistique est à la hauteur de son parcours. Car du chemin il en a parcouru avant d'imposer son trait et son graffe sur ses tableaux.
SPaRK a des choses à dire et a trouvé cette forme de dialogue entre son public et ses idées.
Des valeurs sures, contemporaines, des symboles facilement identifiables qu'il détournent pour leur faire dire d'autres choses, pour les laisser parler au travers de lui ou pour peut-être d'adresser à nous en passant par ses personnages parfois rassurant et très facilement identifiables.
Il prend des risques aussi, essuie la critique quand la polémique se jette sur lui, mais de cette genèse Pop, ses personnages se relèvent et clament haut et fort leurs messages, comme une empreinte indélébile sur notre temps.
Des messages légers ou forts, des constats, des réflexions, il en est question quand nos super héros ou nos amis de toujours prennent un air grave et étranger. C'est tout l'art de l'artiste, de détourner en se référant à nos repères. Interpeller avec des codes de notre époque, de notre culture.
Benjamin n'est peut-être pas l'unique à utiliser ce mode d'expression, mais il a sa patte à lui, reconnaissable, identifiable, copiée parfois.
Ses expositions sont remarquées et font grandir les collections. Benjamin aime les gens et parle avec eux, échange sur ses idées sans jamais oublier l'esthétisme qu'il attribuera à ses tableaux.
Il aurait pu ne travailler que dans la rue, mais son travail méritait les murs rassurants des galeries et des intérieurs de particuliers. Avec cette philosophie, il permet donc à ses pinceaux et à ses bombes d'évoluer dans leurs messages et dans la façon de les mettre en dessin.
Encore un tournant dans son évolution. Benjamin signe une nouvelle série de toiles qui seront présentées fin de l'année dans une première exposition en solo à Paris en novembre prochain à la Galerie Berthéas- Les Tournesols au 25 rue des Tournelles - 75004 Paris et en parallèle à Saint Etienne dans la même galerie.
Puis une exposition personnelle à Marrakech en octobre et à Bruxelles en Novembre.
Mais si Benjamin est un Français d'origine, il est bien devenu un belge de cœur puisque c'est ici, à Bruxelles qu'il a posé son matériel et son cœur.
Il n'est plus question, dans ce nouveau style d'un personnage central comme jadis, mais plus d'une forme de mood-board d'idées pop. Les comics viennent de partout et me semblent parfois totalement inconnus mais ses références sont claires. Par ici une scène sortie d'une référence américaine, par là, un portrait d'artiste qui inspire Benjamin. Des phrases coup de poignard jetées en bloc sur nos idées fausses, un message anodin pour ouvrir la réflexion. Les comics de Benjamin mélangent les couleurs ou abordent une palette presque monochrome pour nous obliger à y regarder de plus près.

Reportage bientôt disponible